Aucun continent n'a été confronté à autant de défis à relevés en même temps, seule les connaissances nouvelles permettront d'y arriver.

Accompagner les Etats à trouver un nouveau modèle énergétique et environnementale pour améliorer leur efficacité énergétique  est notre ADN.

 

 

OPTIM-ENERGIE propose une stratégie économique, écologique, énergétique,  claire pour que l'Afrique!

 

Cela passe pas la NOEVA (Nouvelle Economie Verte Africaine).

 

 Malheureusement en Afrique confondre énergie et électricité est "courant" au motif que l'énergie est centralisée en gaz, charbon, pétrole, pourtant avec uniquement le captage de 0.01 du soleil, on pourrait couvrir tout les besoins de l'activité humaine dans le monde.

 

La création de richesse et le développement humain sont deux sphères interactives dont l’une ne peut être réalisée sans l’autre, ils font donc un effet de levier. L’objectif est de combiner les deux sphères avec l'énergie qui à ce jour permet la transformation des matières premières, se qui à créer  la richesse des pays industrialisés et laisse l'Afrique dans de grandes difficultés financiéres, sociales...

L' amélioration des pertes de production énergétique (électrique) étant le premier levier de développement économique et il est possible avec avec la cogénération solaire de'envisager le renouveau économique de l'Afrique.

L'électricité n'est pas une énergie naturelle elle occasionne beaucoup de perte et son rendement n'est pas élevé pour notamment produire du froid.  Pour ce faire, l'électricité doit être produite au plus près de la demande et ces pertes de chaleur de turbines optimisées pour l'industrie ou le confort de la population.

Le second levier à actionner par les organisations pour réaliser leur transition énergétique, OPTIM-ENERGIE propose des solutions de bon sens, que l'on retrouvent dans le programme NOEVA applicable à toute l'Afrique, l'énergie solaire autre quélectrique au plus près de la demande.

L'Afrique a malheureusement hérité de la pire chaîne énergétique pour répondre à la demande énergétique de sa population qui est majoritairement du froid, en utilisant la production d'électricité centralisée avec les fossiles et la compression électrique pour produire du froid à contre cycle du besoin, il n'y a pas suffisament d'électricité pour tout le monde.

Le modèle économique mis en place est principalement pour un besoin de chaud car 1 KWH électrique c'est 1 KWH de chaleur (modéle pays industrialisé),  l'inverse pour produire 1 KWH de froid il faut 4 KWH final (soit environ 16 primaires (environ), quand la conversion par des PACs ne fonctionnent pas de façon optimal, la consommation est très énergivore.

En Afrique l’utilisation du pétrole ou gaz de son sous-sol ni changera rien puisque le rendement d'un réseau public est de 20%.  Ne rien changer au modéle énergétique pour limiter les pertes de productions et de transports  à comme conséquence de ne pas pouvoir donner de l'électrique pour tout le monde en Afrique.

 

La solution : Réduire la production d'électricité centralisée et la compression électrique (PAC aérothermique), pour augmenter la production en co- tri génération (chaleur à convertir en  froid) par la sorption. Le captage du soleil avec des équipements beaucoup plus puissant que ceux utilisés aujourd’hui, stockable à coût identique que la production d'énergie, avec une espérance de vie très longue des équipements (50/60 années), le tout au plus près de la demande, est donc la solution à vulgariser, qui donnera son essor à l'Afrique.

1.5 KWH de chaleur à 150°C, c'est 1 KWH de froid à 0.05 CTS, soit 16 fois moins onéreux que par l'énergie fossile centralisée (électrique).

Pour que l'Afrique s'épanouisse, tout le monde sait que le soleil est la source de production d'avenir, mais il doit être moins chère que les énergies fossiles et fissiles et utilisé l'énergie en micro-réseau.

Pour que le mix en Afrique soit plus vert (voir rubrique mix énergétique) en pourcentage des autres énergies et permettre à tout le monde d'avoir de l'énergie à tarif abordable en l'absence de pertes importantes, il faut changer la stratègie énergétique et le solaire à concentration au plus près de la demande permet enfin un coût énergétique vraiment plus bas que l'énergie centralisée et photovoltaïque et pouvoir stocker plus facilement les renouvelables.

Pourquoi la NOEVA

Avec les PAC aérothermiques dans les régions vraiment chaudes elles fonctionnent  la majeure partie de l'année à contre cycle du besoin. La température se base sur le Température extérieure qui représente des PICS pris par des stations de météos, sans références crédibles de température, dans l'éventualité du changement climatique les réglementations thermiques seront misent à mal, je déconseille fortement l'usage de ces équipements, il vaut mieux prèvoir le solaire à concentration de 5 éme génération et la sorption.

D’utiliser pour la Ville Durable Africaine (VDA), l’obligation de  performance au lieu de moyen, il faudra donc pour cela utiliser des matériaux biosourcés qui favorisent les échanges thermiques, hydriques …(voir les rubriques du site) afin d'obtenir des transferts de flux thermiques pour compenser les flux parasites du climat extrême dans le bâti.

La croissance qui permettra de relever les défis de l’Afrique devra être bien plus élevée qu’actuellement, il faudra donc des projets à très fortes valeurs ajoutées. Les pays industrialisés étant en forte réduction de croissance et n’ayant plus de projet qui permettra de sortir cette crise profonde,  Il faut créer les innovations de ruptures tant techniques que des mentalités, pour permettre d’offrir ces services vitaux aux populations de l’Afrique, des nouvelles activités doivent être développées en remplacement des anciennes qui freinent la croissance.

Les défis qui attendent l’Afrique demandent beaucoup d’argent et la crise mondiale est bien présente, il faut donc des projets encore une fois à fortes valeurs ajoutées pour créer l’emploi et le développement, et les actes politiques concrets doivent être forts.

Par conséquent, l’Afrique a besoin d’une stratégie environnementale et énergétique claire, pour sa renaissance, ainsi que de financements importants. Comme les Etats demandent aux collectivités d’avoir une vision juste pour leur octroyer des aides financières, qu’elles-mêmes n’ont pas du fait d’un manque d’expertise, il est nécessaire de fédérer tout le monde avec un projet fédérateur. La mise en place d’un conseil pour le développement économique et social (une communauté d’intérêt général) est une première approche.

OBJECTIF: 

Combler le vide qu'on créer  l'ensemble des fabriquants de solaire thermodynamique qui ne  produise que de faibles  températures au plus près de la demande (80 à 120+c) ce qui ne permet pas de produire simultanément électricité et chaleur (uniquement chaleur). Développer des capteurs à haut rendements qui permettent de:

  •  limiter l’intermittence des renouvelables en utilisant l' énergie perdue pendant le cycle de production de  l’électricité,
  •  limiter les émissions de gaz à effet de serre pour développer les territoires et créer les outils de la transition énergétique adaptés à la renaissance économique, est un autre objectif majeur.

 Il n’y a plus de temps à perdre pour préparer les défis majeurs qui attendent l’Afrique, OPTIM-ENERGIE a préparé un plan, des équipements de ruptures et une ingénierie spécifique et surtout que nous vous garantissons par contrat (voir rubrique Partenariat Publique Privé) deux types de plafond concernant le tarif de l'énergie par rapport aux hausses d'électricité futur (sur plusieurs décennies).

 En conclusion : Nous offrons à nos partenaires un avantage concurrentiel dans le temps (financier, et environnementale) très important du fait de l’achat d’une énergie beaucoup moins chère du fait de la valorisation de 80% perdu dans le modéle centralisé.

Du bon sens et de la volonté politique donnera l'énergie à tout le monde en Afrique.

Thierry LECUYER