Matériaux biosourcés 

   

CONSTRUIRE DURABLE EXISTE DEJA.

K-BLOC le béton de chanvre qui utilise un matériaux perspirant et hygrothermique permettant de  développer la Gestion Thermodynamique des Enveloppes du Bâti pour réduire de 5 à 6°c naturellement la température. La Gestion Thermodynamique des Enveloppes du  Bâti  accepte en période de canicule que ces enveloppes soient booster pour que soit maintenu la performance maximale des gains et des échanges thermiques.

 

BUREAU D’ETUDE CLIMAT & ÉNERGIE TERRITOIRES & ORGANISATIONS GOUVERNANCE.

 

  • Les Conseils d’Administration et les Comités Exécutifs sont les courroies de transmission de la stratégie de l’entreprise, avec l’enjeu climatique  qu'il faut mettre au plus haut niveau – Comment cela se traduit-il concrètement pour la gouvernance ? Comment en Afrique peut-elle être force de proposition sur ce sujet, comme elle l’est déjà sur les autres enjeux de transition écologique ? Accompagner nos clients pour améliorer leur compétitivité, répondre à la décarbonnisation de leur emprunte carbone produits, créer de nouvelles richesses et leurs permettre une amélioration énergétique continue ainsi que les impacts liés aux incertitudes climatiques son nos défis (parlons-en).

 

 La valorisation du soleil et des déchets comme combustibles (chaleur, gaz propre) permet de nouveaux usage en couplage: En effet, l'ensemble des fabriquants solaire thermique produise une température insuffisante pour produire simultanément électricité et chaleur. Développer des capteurs à haut rendements qui permettent:

  • de limiter l’intermittence des renouvelables en utilisant une autre énergie que l’électricité,
  • de limiter les émissions de gaz à effet de serre en produisant le froid sans électricité: Permettre d’économiser les matières premières naturelles non renouvelables, les énergies fossiles (pétrole, charbon, etc.) et les énergie renouvelable électrique que l’on ne sait pas stocker économiquement,
  • de diversifier ses ressources en énergie (mix énergétique)en produisant de la chaleur et gaz propre et donc de réduire sa facture énergétique en étant moins dépendant du cours des combustibles traditionnels,
  • de rendre service à la collectivitéen recyclant mieux les déchets on réduit le coût financier des collectivités.

 

  • Le Bureau d’Etudes Technique (BET) OPTIM ENERGIE développe un nouveau métier qui permet de produire et d’utiliser la chaleur renouvelable (les hautes températures de 80°c à 2000°C) dans l’économie circulaire (bâtiments, gestion déchets) de la ville durable Africaine, afin d’apporter des usages nouveaux pour arriver aux objectifs des enjeux environnementaux et sociétaux et notamment la suffisance énergétique. Optim-énergie, est un bureau d’ingénieur conseil spécialisé dans la conception d’équipements de génie climatique et de process industriels. Nous  participons à la conception des bâtiments (à bilan carbone neutre), de la réalisation des plans à l'installation d'équipements de chauffage/refroidissement, de ventilation (géo-énergie),  et de traitement d'air, afin d'en optimiser les flux et limiter les équipements de froids à compression très onéreux.
  • Aujourd’hui aucun acteur de la ville durable maîtrise la production et le transfert de flux thermique à haute valeur ajoutée pour réduire la consommation d’électricité incompatible avec les objectifs de confort, d’économie, d’écologie.
  • L’utilisation des hautes températures délivrées par des équipements de nouvelle génération et des matériaux capables de générer les échanges hydriques (chaleur sensible) dans la ville durable est un enjeux stratégique que les décideurs doivent appréhender de la meilleure manière afin de prendre leurs décisions pour répondre à la demande d’énergie pour permettre une égalité entre la ville et campagne et l’adaptabilité énergétique des mégapoles Africaines.
  • Notre BET a une vision claire de la stratégie à développer pour tendre vers l’autonomie énergétique des bâtiments, pour répondre aux enjeux environnementaux, aussi de permettre d’accéder au très haut débit internet (triple play: internet, téléphone fixe, télévision) en un temps record en améliorant la couverture mobile et bien sûr d’apporter à la ville durable Africaine un accès au numérique pour permettre à la population d’accéder aux nouveaux métiers et le développement de la ville durable Africaine.
  • Décideurs, pour la mise en place de votre stratégie bas carbone, économie circulaire, intégrez les nouvelles connaissances de notre BET matérialisé par des équipements de nouvelle génération à très forte valeur ajoutée.
  • Solaire à concentration au plus près de la demande, un besoin des populations, et non de l’industrie solaire.
  • Pour répondre aux besoins des populations et des industriels, le solaire à concentration de 5éme génération présente quatre avantages majeurs:

  • 1- La sécurisation du coût énergétique par rapport aux énergies fossiles,
  • 2-La garantie de la compétitivité des entreprises à l’aide d’un tarif énergétique plus faible que le tarif électrique public et des installations dont le rendement ne se réduit pas dans le temps.
  • 3- Un nouveau modèle d’efficacité énergétique dans le bâtiment de façon durable, économique, écologique, pour améliorer le confort.
  • 4- Les impacts liés aux incertitudes climatiques (voir explication ci-dessous).
  • les zones optimales pour l'installation de systèmes solaires à concentration sont (en rouge):

 

 

 

 

 

 Les impacts liés aux incertitudes climatiques dans le secteur de l’énergie propre ne permet pas de  garantir le fonctionnement des installations pendant les phénomènes climatiques extrêmes, notament pour couvrir les besoins.
  
Dans cinquante ans, les phénomènes météorologiques extrêmes liés au changement climatique, comme les grandes sécheresses, le rayonnement solaire intense, les tempêtes ou encore les grands froids, pourraient devenir plus fréquents. Ces situations climatiques influenceront alors la demande énergétique et la résilience des systèmes d’approvisionnement en énergie. « Au cours de nos recherches, nous avons constaté que les systèmes énergétiques conçus et envisagés jusqu’ici sont très sensibles aux événements climatiques extrêmes, tels que les vagues de chaleur ou les tempêtes. Ils sont durement mis à l’épreuve par le climat. Nous avons également constaté que la variabilité du climat entraînera d’importantes fluctuations de l’énergie renouvelable injectée dans les réseaux ainsi que la demande d’énergie. Il sera donc difficile de faire correspondre la demande d’énergie et la production d’énergie renouvelable », pour cela il faut des équipements adaptable et modulables pour permettre de répondre aux besoins suivant n'importe qu'elle circonstance, dans nos zones de préference (en rouge).

 

« Tout le monde parle du secteur de l’énergie et de son impact sur le changement climatique. Mais personne n’essaie de relier ces deux aspects de manière globale. Les climatologues se concentrent sur le changement climatique, tandis que les experts en énergie se focalisent sur les systèmes énergétiques ou les réseaux de distribution. La fréquence des événements climatiques extraordinaires ou pas s’intensifiant et perturbant gravement les systèmes énergétiques, nous avons estimé qu’il était important de relier ces deux aspects », et développé une technologie adaptaptable et modulable. 

 

En SUEDE les résultats d'une étude montrent que le parc actuel de bâtiments résidentiels  pourrait connaître, dans des conditions extrêmes, une demande horaire de chauffage de 50 à 400 % supérieure aux valeurs moyennes calculées sur vingt ans.

 

Preuve que « si rien n’est fait aujourd’hui, il y aura certainement un gap entre la demande et ce que les systèmes énergétiques pourront produire », avec des risques de pannes partielles ou totales de l’approvisionnement énergétique. Des conséquences qui pourraient être coûteuses pour les villes et zones urbaines.

 

Il est donc urgent de comprendre que les réglementations thermiques ne servent plus a rien, il faut facilité les échanges thermiques entre environnement et logements. il faut anticiper le futur et plus regarder en arrière pour adapter nos logements et nos sources énergétiques.